jeudi 2 décembre 2021

degré V, XXIX

Lestvitsa Je n'en doute pas, mes bons amis, les combats de ces bienheureux, tels que je viens de les raconter, paraîtront à certains incroyables, à d'autres, difficiles à admettre, et d'autres encore estimeront qu'ils portent au désespoir. Mais pour l'homme courageux, ces exemples seront plutôt un aiguillon et une flèche de feu, et il repartira en emportant le zèle dans son cœur. Celui dont l'ardeur est moindre prendra conscience de sa faiblesse, et les reproches qu'il s'adressera lui ayant aisément fait acquérir l'humilité, il suivra de bien près le premier ; et je ne sais même s'il ne lui arrivera pas de le rattraper. Quant à l'homme négligent, qu'il n'écoute même pas ce que je raconte, de peur de tomber complètement dans le désespoir et de dissiper même le peu qu'il a réalisé jusqu'ici. Pour lui s'accomplirait la parole de l'Écriture : « À celui qui n'a pas, on enlèvera même ce qu'il a. »

prologue 19 novembre

1) Истинное счастье не на земле, а на небе
(Память преподобного отца нашего Иоасафа пустынника, сына Авенира, царя Индийского)
2) На пути в Царство Небесное Господь поддерживает верных рабов Своих
(Слово о видении Иоасафове)
3) Неразумно привязываться к земному
(Притча святого Варлаама о временном сем веце)
prologueNous poursuivons la publication quotidienne, en russe, du Prologue sous forme de prédications (Пролог в поучениях) de l'archiprêtre Victor Gouriev, qui fut édité en 1888. Les textes sont lus par le hiérodiacre Aristocle (un ancien de chez nous).
Les dates sont celles de l'ancien calendrier (julien) qui ont donc 13 jours de décalage par rapport au calendrier civil.
Podcast

On peut télécharger le fichier en cliquant sur le «podcast». 

mercredi 1 décembre 2021

L'espoir des forêts de Yves Entenich / France 3 Grand-Est

source

degré V, XXVIII

Lestvitsa Et cette langue véridique me raconta ceci : « Il y a une dizaine d'années, j'avais ici un frère plein de zèle et tellement travailleur que, le voyant dans une pareille ferveur d'esprit, je tremblais pour lui, redoutant grandement l'envie du démon : je craignais de le voir trébucher en heurtant du pied quelque pierre tandis qu'il poursuivait si vite sa course, comme il arrive d'ordinaire à ceux qui marchent rapidement. Et c'est ce qui arriva. Il vint me trouver un soir, très tard, me montra sa plaie à nu, réclama le remède, me demandant d'appliquer le cautère. Il était bouleversé. Mais voyant que le médecin n'était pas disposé à user d'un remède trop énergique — car il était digne de compassion — il se prosterna à terre, me saisit les pieds, les baignant de ses larmes, et me conjura de le condamner à la prison que tu as vue. “Il est impossible, s'écria-t-il, que je n'y aille pas! C'est impossible!” En fin de compte, chose rare et bien extraordinaire chez un malade, il contraignit son médecin à changer sa douceur en sévérité. Il alla rejoindre en grande hâte les pénitents, et, partageant leur componction, devint leur compagnon zélé. Le chagrin que lui causait son amour pour Dieu lui transperça le cœur comme une épée, et le huitième jour, il s'en alla vers le Seigneur, demandant qu'on le privât de sépulture. Mais je l'ai ramené ici et l'ai fait ensevelir avec les Pères, comme il le méritait. Après une semaine de servitude en effet, le huitième jour il recouvrait la liberté. Et quelqu'un l'a su avec certitude : avant même de s'être relevé, alors qu'il était encore à mes pieds indignes et souillés, Dieu lui avait déjà rendu sa faveur. À cela rien d'étonnant : il avait reçu en son cœur la foi de la pécheresse de l'Évangile, et, avec la même plénitude de confiance, il avait arrosé mes misérables pieds : “Tout est possible à celui qui croit”, dit le Seigneur. J'ai vu des âmes impures qui se livraient avec fureur à l'amour charnel; leur expérience de cet amour les ayant amenées au repentir, elles reportèrent tout leur amour sur le Seigneur; surmontant alors toute crainte, elles s'aiguillonnaient insatiablement à aimer Dieu. C'est pourquoi le Seigneur, parlant de cette chaste pécheresse, ne dit pas qu'elle a craint, mais qu'elle a beaucoup aimé, et qu'elle a pu facilement chasser l'amour par l'amour. »

prologue 18 novembre

Смирением мы посрамляем дьявола и гоним от себя и от других прочь
(Из слова о смирении, его же боятся бесы)
prologueNous poursuivons la publication quotidienne, en russe, du Prologue sous forme de prédications (Пролог в поучениях) de l'archiprêtre Victor Gouriev, qui fut édité en 1888. Les textes sont lus par le hiérodiacre Aristocle (un ancien de chez nous).
Les dates sont celles de l'ancien calendrier (julien) qui ont donc 13 jours de décalage par rapport au calendrier civil.
Podcast

On peut télécharger le fichier en cliquant sur le «podcast». 

mardi 30 novembre 2021

Память вечная


Paroles dans la suite du billet...

degré V, XXVII

Lestvitsa Après être resté trente jours dans la prison, moi, si peu endurant, je retournai au grand monastère auprès du grand pasteur. Me voyant tout changé et comme hors de moi, il comprit dans sa sagesse la raison de ce changement et il me dit : « Eh bien, Père Jean, tu as vu les combats de ces bons travailleurs ?
— Je les ai vus, Père, répondis-je, et j'ai été frappé d'admiration. Et j'estime plus heureux ceux qui, ayant failli, pleurent leur chute, que ceux qui ne sont pas tombés et ne pleurent pas sur eux-mêmes, car leur chute les a fait se relever d'un relèvement qui n'est plus exposé au péril.
— Il en est certainement ainsi », me dit-il.

prologue 17 novembre

1) Во всяком звании можно спастись
(Слово о Евхаристе пастусе)
2) Размышление об огне геенском и добродетели целомудрия и милосердия приносит человеку великую пользу
(Повесть о Захарии Усмаре и о Иоанне очень душеполезна)
3) У Господа все, не исключая бед и скорбей, все премудро устроено и все служит к нашему спасению и блаженству
(Память преп. отца нашего Никона, ученика блаженного Сергия игумена нового чудотворца)
prologueNous poursuivons la publication quotidienne, en russe, du Prologue sous forme de prédications (Пролог в поучениях) de l'archiprêtre Victor Gouriev, qui fut édité en 1888. Les textes sont lus par le hiérodiacre Aristocle (un ancien de chez nous).
Les dates sont celles de l'ancien calendrier (julien) qui ont donc 13 jours de décalage par rapport au calendrier civil.
Podcast

On peut télécharger le fichier en cliquant sur le «podcast». 

lundi 29 novembre 2021

dans le ventre du vaccin

Je lis toujours (au moins une fois) les notices qui accompagnent les médicaments : les contre-indications donnent parfois l'impression qu'on n'en a plus pour longtemps. D'ailleurs, je pense que les médecins ne les lisent jamais avant de prescrire les ditsmédicaments...
Mais cela fait deux fois qu'on nous injecte un vaccin anticovid sans nous donner « le contenu de l'emballage et autres informations ». Frustré, je me suis adressé à notre cher spécialiste des vaccins. Et comme je ne doute pas que les frustrés comme moi soient nombreux, voici commenté :
« le contenu de l'emballage et autres informations » .

degré V, XXVI

Lestvitsa En parlant et en se lamentant ainsi, certains souhaitaient d'être possédés du démon; d'autres demandaient de perdre la vue et d'être réduits à un état inspirant à tous la pitié; d'autres de devenir paralytiques ou grabataires, si seulement cela pouvait leur éviter de subir les supplices futurs. Quant à moi, mes amis, je m'oubliais moi-même en voyant la componction qui régnait en ces lieux où je me plaisais, et, l'esprit ravi, je n'étais plus maître de moi-même. Mais revenons à notre sujet.

prologue 16 novembre

Любителям церковного пения
(Из слова св. отца Памвы к ученику своему)
prologueNous poursuivons la publication quotidienne, en russe, du Prologue sous forme de prédications (Пролог в поучениях) de l'archiprêtre Victor Gouriev, qui fut édité en 1888. Les textes sont lus par le hiérodiacre Aristocle (un ancien de chez nous).
Les dates sont celles de l'ancien calendrier (julien) qui ont donc 13 jours de décalage par rapport au calendrier civil.
Podcast

On peut télécharger le fichier en cliquant sur le «podcast». 

dimanche 28 novembre 2021

Homélie P. André 28/11/2021

Archiprêtre André Drobot     micro Cliquer sur le micro !



Évangile du bon samaritain
(en russe et en français)

degré V, XXV

Lestvitsa Quand ils se remémoraient leurs vertus d'autrefois, ils en pleuraient la perte comme celle d'enfants disparus, et ils disaient : « Où sont la pureté et l'audace confiante de nos prières d'alors? Les douces larmes, au lieu des larmes amères? Où est l'espoir d'une chasteté et d'une purification parfaites? Et cette attente où nous étions de la bienheureuse impassibilité? Où est cette confiance que nous avions en notre pasteur? Et l'efficacité de sa prière pour nous? Tout cela est perdu, tout cela s'est dérobé comme s'il n'était jamais apparu, tout cela s'est évanoui et s'en est allé comme s'il n 'avait jamais existé. »

prologue 15 novembre

И скорби полезны
(Поучение Иоанна Златоустого)
prologueNous poursuivons la publication quotidienne, en russe, du Prologue sous forme de prédications (Пролог в поучениях) de l'archiprêtre Victor Gouriev, qui fut édité en 1888. Les textes sont lus par le hiérodiacre Aristocle (un ancien de chez nous).
Les dates sont celles de l'ancien calendrier (julien) qui ont donc 13 jours de décalage par rapport au calendrier civil.
Podcast

On peut télécharger le fichier en cliquant sur le «podcast». 

samedi 27 novembre 2021

Кто должен понимать монаха?

Владыка, мне очень нужен совет. Что делать, если меня не понимают и не хотят выслушать? Как сохранять мир в душе, если я чувствую непонимание и одиночество?

— Я приведу пример из жизни старца Паисия. Однажды к нему пришел один паренек и говорит: «Старче, мои родители меня не понимают». А старец говорит ему в ответ: «И из-за этого ты расстраиваешься? Может быть, лучше тебе самому их понять? Тогда проблема будет решена». Если ты поймешь, что они не могут тебя понять, то у тебя не будет никаких проблем. И не надо требовать от людей того, чего они не могут нам дать. Когда я слышу, как монахи, и в особенности монахини, говорят, что их никто не понимает, я им говорю: «Ты болен». Кто должен понимать монаха? Христос. От кого ты ждешь понимания, если ты – монах, уединенный? Монах – это тот, у кого нет ничего в этом мире, кроме Христа. Поэтому кто же должен понимать тебя? Пусть тебя понимает Христос. Если тебя не понимает даже Христос, тогда проблема в тебе.

Митрополит Лимассольский Афанасий
ученик преп. Паисия Святогорца

source


Старец Иосиф, старец Паисий, будущий митрополит Афанасий

degré V, XXIV

Lestvitsa Quant à moi, après avoir vu et entendu parmi eux toutes ces choses, je fus bien près de tomber dans le désespoir en voyant ma propre indifférence, et en la comparant à tout ce qu'ils enduraient. Quel lieu et quelle demeure étaient les leurs, en effet, complètement obscurs, malodorants, sales et infects. L'endroit portait bien son nom de «prison» et de «pénitencier». La seule vue de ces Lieux enseignait la pénitence et la componction. Mais ce qui est dur et intolérable pour d'autres, devient aisé et supportable pour ceux qui sont déchus de la vertu et des richesses spirituelles. L'âme en effet, qui a perdu sa confiance première, qui est déchue de tout espoir de parvenir à l'impassibilité, qui a brisé le sceau de sa pureté et s'est laissée ravir le trésor des grâces, qui est devenue étrangère aux consolations divines, qui a violé son alliance avec le Seigneur et a éteint en elle le beau feu des larmes, qui est blessée et transpercée de chagrin au souvenir de tout cela, cette âme, dis-je, non seulement se soumettra volontiers à tous ces labeurs dont j'ai parlé, mais sera fermement résolue à se donner pieusement la mort par 1'ascèse, si du moins il lui reste encore une étincelle d'amour et de crainte du Seigneur. Tels étaient en vérité ces bienheureux. Conservant toutes ces choses en leur pensée et considérant de quelle hauteur de vertu ils étaient déchus, ils disaient en effet : « Nous nous souvenons des jours d'autrefois, et de l'ardeur de notre zèle. » D'autres criaient vers Dieu : « Où sont tes miséricordes d'autrefois, Seigneur, ces miséricordes que tu avais révélées à notre âme dans ta vérité ? Souviens- toi des outrages et des souffrances de tes serviteurs ! »; et un autre disait : « Qui me fera revoir les mois d'antan, quand Dieu veillait sur moi, quand le flambeau de sa lumière brillait sur ma tête, sur mon cœur ? »

vendredi 26 novembre 2021

réflexion sur la recherche


https://videos.francesoir.fr/items/53e3547c-0ccf-4b0b-9b91-68667d75d6d6
Sur la recherche, la corruption et bien d'autres choses encore...

degré V, XXIII

Lestvitsa Terrible et digne de pitié était le spectacle de leur dernière heure. Lorsque ces compagnons de châtiment sentaient que l'un des leurs était sur le point de les devancer dans la mort, ils se rassemblaient autour de lui, tandis qu'il jouissait encore de sa connaissance. Comme assoiffés, touchés de componction, avidement, d'une voix triste et en branlant de la tête, ils interrogeaient le partant, et dans leur ardente compassion, lui disaient : « Eh bien, notre frère et notre compagnon de condamnation, qu'en est-il de toi? Qu'as-tu à dire? As-tu bon espoir? Que vas-tu recevoir? As-tu atteint ce que tu as recherché avec tant de peine, ou tes efforts ont-ils été inutiles? As-tu atteint le but, ou pas encore? As-ru reçu quelque certitude intime, ou ton espérance est-elle encore incertaine? La liberté t'est-elle accordée, ou ta pensée est-elle encore obscurcie par le doute? As-tu ressenti dans ton cœur quelque illumination, ou est-il encore plongé dans les ténèbres et la confusion? Une voix intérieure t'a-t-elle dit : « Voici que tu es guéri »? ou : « Tes péchés te sont remis »? ou : « Ta foi t'a sauvé »?, ou te semble-t-il au contraire avoir entendu celle-ci : « Qu'ils s'en aillent aux enfers, les pécheurs », et : « Liez-lui les mains et les pieds et jetez-le dans les ténèbres », et encore : « Qu'on enlève d'ici l'impie, afin qu'il ne voie pas la gloire du Seigneur »? Sincèrement, que dis-tu, frère? Réponds-nous, nous t'en supplions, pour que nous sachions nous-mêmes ce qui nous attend un jour. Car le temps favorable pour toi est désormais passé, et jamais plus tu n'en trouveras d'autre. » À cela, quelques-uns de ces mourants répondaient : « Béni soit le Seigneur, qui n'a pas écarté ma prière, ni éloigné de moi sa miséricorde. » Et d'autres : « Béni soit Dieu qui ne nous a pas livrés en proie à leurs dents. » Mais d'autres disaient tristement : « Notre âme pourra-t-elle traverser ces eaux infranchissables où règnent les esprits de l'air ? » Ceux-là n'étaient pas encore rassurés et se demandaient ce qui se passerait lors de la reddition des comptes. D'autres, plus tristement encore, répondaient : « Malheur à l'âme qui n'a pas gardé inviolablement ses vœux! c'est à cette heure, et seulement alors, qu'elle connaîtra ce qui lui est préparé! »

prologue 13 novembre

1) Простота проповеди
(Из жития св. Златоуста)
2) Что нужно делать женам во время болезни, чтобы избавиться от неё
(Из жития св. Златоуста)
3) К православным, живущим между раскольниками
(Из жития св. Златоуста)
4) Знамение крестное есть страх для злых духов
(Из жития св. Златоуста)
5) Чем более кого клеветники поносят, тем более того Господь прославляет
(Из жития св. Златоуста)
6)О скорбных размышлениях
(Слово Иоанна Златоустого о бесконечной муце и о царствии небесном; и яко во уме имети всегда день исходный)
prologueNous poursuivons la publication quotidienne, en russe, du Prologue sous forme de prédications (Пролог в поучениях) de l'archiprêtre Victor Gouriev, qui fut édité en 1888. Les textes sont lus par le hiérodiacre Aristocle (un ancien de chez nous).
Les dates sont celles de l'ancien calendrier (julien) qui ont donc 13 jours de décalage par rapport au calendrier civil.
Podcast

On peut télécharger le fichier en cliquant sur le «podcast». 

jeudi 25 novembre 2021

dans nos forêts et dans nos champs


Nuisances des émigré.e.s : perruches et écureuils gris américains.